Questionnement des besoins en énergie, plans de sobriété territoriaux, Design Énergétique, projet TERSOB ADEME, démarche Négawatt, équité sociale…

Définition

Il n’existe pas de définition officielle mais on peut retenir la définition de l’association Négawatt reprise par l’ADEME[1] : « une démarche de réduction des consommations s’organisant par une hiérarchisation des besoins qui peut s’exercer au niveau individuel comme au niveau collectif ».

La notion collective est précisée par l’association Virage Énergie[2] : « Une société engagée dans la sobriété énergétique modifie ses normes sociales, ses besoins individuels et ses imaginaires collectifs au profit d’une réduction volontaire et organisée des consommations d’énergie. »


[1] https://librairie.ademe.fr/ged/491/synthese-etat-lieux-notion-sobriete-2019.pdf

[2] https://www.virage-energie.org

Les 5 axes de la sobriété énergétique

  • questionner le besoin initial
  • puis adapter sa juste ampleur (appelée sobriété dimensionnelle),
  • y répondre préférentiellement avec un espace ou usage existant (autrement dit la sobriété organisationnelle et conviviale),
  • ensuite faire appel à des technologies frugales en ressources et en énergie (sobriété structurelle),
  • enfin seulement en faire un juste usage (c’est à dire appliquer les « écogestes » et faire la « chasse au gaspi »)
Decomposition Kaya Transports Les 5 leviers de decarbonation entre sobriete et technologie
Exemple : leviers de sobriété et d’efficacité pour réduction les consommations liées aux transports Wikimedia

Centres de ressources et d’échanges

Les scénarios Negawatt pour la France et l’Europe

Depuis plus de 20 ans, l’association Negawatt propose et met à jour des scénarios de transition énergétique permettant de respecter les objectifs nationaux de réduction d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. En cohérence avec son triptyque, maintenant bien connu, « Sobriété – Efficacité – Energies Renouvelables « , bon nombre de ses publications ont pour but de présenter des mesures de sobriété énergétique basées sur des choix sociétaux réalistes dans les différents secteurs. Dans le dernier scénario 2022 pour l’horizon 2050, pour le secteur du Bâtiment, les propositions sont :

  • la stabilisation du nombre de personnes/logement et des m²/logement neuf ;
  • la diminution de la part des maisons individuelles (et du grand collectif) au profit du petit collectif;
  • la diminution du nombre de résidences secondaires et de logements vacants ;
  • la mutualisation d’espaces ;
  • la diminution du nombre d’équipements énergivores et répondant à des besoins superflus;
  • la stabilisation du nombre de m² pour les services (publics, bureaux,….).

Actualité : L’association Negawatt fait partie des 7 organisations européennes ont publié le 26 mars 2024 un Manifeste pour la Sobriété au cœur des politiques de l’Union Européenne

Le Réseau des acteurs de la Sobriété

Le Réseau Sobriété, animé par le CLER et Virage Énergie avec le soutien de l’ADEME, s’adresse aux professionnels : structures adhérentes du CLER-Réseau pour la transition, aux collectivités territoriales, aux institutions parapubliques, aux associations, aux chercheurs et laboratoires de recherche, aux bureaux d’études, ou encore aux entreprises, c’est-à-dire à l’ensemble des acteurs travaillant sur le sujet de la sobriété. L’enjeu est de renforcer la place de la sobriété dans les politiques publiques, d’en faire un sujet d’échanges professionnels, et de favoriser la montée en compétences collective.

La Fabrique de la sobriété

La sobriété énergétique est une démarche qui vise à réduire les consommations d’énergie par des changements de comportement, de mode de vie et d’organisation collective. La sobriété énergétique consiste tout d’abord à nous interroger sur nos besoins puis à adapter nos usages à ces besoins. Elle est transversale puisque l’énergie est présente dans tous les secteurs et tous les domaines : dans les bâtiments, la mobilité, l’alimentation, l’utilisation de l’eau, la gestion des déchets, la production de biens et services, l’agriculture, l’industrie, les loisirs, le travail, l’éducation, le numérique, le tourisme, etc.
Elle est porteuse d’innovations sociales, de partage, d’équité. C’est en s’appuyant sur l’intelligence collective qu’elle sera à la fois juste, choisie, innovante et facteur de progrès pour les collectivités, entreprises et citoyens.

Guides et méthodes

Le Design Énergétique

Le Design Énergétique, conceptualisé, expérimenté et diffusé depuis maintenant plusieurs années par le bureau d’études INCUB, part du principe qu’« il faut cesser de considérer le bâtiment seul comme l’objet d’étude, mais bien le couple usager/bâtiment dans son ensemble. Cela demande rien de moins que d’ajouter un large volet de savoir-être à un certain savoir-faire technique. »

Projet TERSOB, politiques territoriales de sobriété

Dans le cadre de son étude TERSOB, L’ADEME a proposé des actions de sobriété pour les différentes politiques territoriales dont celles de l’Aménagement et du Bâtiment.

Cf rapport « TERSOB – Éléments de méthode et de réflexion à l’usage des collectivités territoriales » (p48-54) – octobre 2021




Articles sur les limites des politiques actuelles

Plan de “sobriété” : efficacité et anti-gaspillage ne veulent pas dire sobriété

article 18 Octobre 2022 – Carbone 4

Encore aujourd’hui trop de professionnels, à l’instar des nombreux contributeurs aux plans de sobriété qui ont fleuri l’hiver dernier dans les collectivités et les entreprises, font l’erreur de la confondre avec l’efficacité. Ainsi dans le plan de sobriété gouvernemental de 2022, parmi les 15 mesures phare, on retrouve 20% de mesures « antigaspi », comme éteindre l’éclairage ou la ventilation quand un espace est inoccupé, 20% d’écogestes et 40% d’actions d’efficacité énergétique (liées à des travaux d’isolation ou de mise en place de programmation). Cet article présente ces limites dont la principale est l’amalgame entre efficacité et sobriété….

Laboratoire mondial de la sobriété :“On doit mener une révolution scientifique et culturelle”

Publié le 10 mars 2024 – site Novethic

La chercheuse Yamina Saheb, experte du Giec, après avoir réussi à faire entrer le terme dans le rapport du Giec, vient de créer le Laboratoire mondial de la sobriété.

« Quand j’ai postulé au Giec, j’avais en tête d’intégrer la sobriété mais ça a été une bataille ! D’abord, je me suis aperçue qu’au sein des pays de l’OCDE, il n’y avait finalement qu’en France qu’on parlait de sobriété énergétique grâce à l’approche de Négawatt depuis 2000, même si ça ne veut pas dire qu’on prend des mesures de sobriété. »

« Mais ce qu’il faut d’abord, c’est réfléchir à la société qu’on voudrait avoir demain et ensuite construire des scénarios qui garantissent la continuité de la vie sur Terre dans les limites planétaires, cela allant bien au-delà des systèmes énergétiques. »

« Nous sommes face à une résistance incroyable. »

« Mais là il y aura beaucoup plus de gagnants que de perdants. Donc ce qu’il faut c’est réveiller cette majorité. Et je pense que ça va aller tellement mal tellement vite que les gens seront forcés de se tourner vers ceux qui proposent des solutions. »


Livres sur la sobriété énergétique

« Sobriété énergétique : contraintes matérielles, équité sociale et perspectives institutionnelles », de Bruno Villalba et Luc Semal

sortie novembre 2018

La notion de sobriété énergétique, qui émerge péniblement dans le discours public depuis les années 2000, cristallise les doutes contemporains quant au degré réel de compatibilité entre abondance énergétique et limites environnementales. Elle permet d’insister sur la dimension politique et sociale de la transition énergétique, lorsque les démocraties modernes se heurtent aux contraintes matérielles posées par la finitude des ressources et le réchauffement global. Elle fait apparaître l’importance qu’il y aurait à préserver ou renforcer l’équité sociale dans la confrontation collective aux limites, par une répartition plus équitable des efforts de réduction des consommations énergétiques. Elle pose enfin la question décisive du rôle des institutions démocratiques dans la conception et la mise en œuvre de politiques de transition énergétique qui assumeraient davantage la perspective de la fin de l’abondance énergétique. Sur la base d’enquêtes de terrain, cet ouvrage propose une analyse interdisciplinaire, associant science politique, sociologie, marketing et anthropologie, des enjeux sociaux et politiques de la transition énergétique. Il contribue ainsi à mettre en débat la portée politique, la pertinence sociale et la nécessité écologique de la sobriété énergétique.

Petit Traité de Sobriété Énergétique de Barbara Nicoloso

sortie janvier 2021

Aujourd’hui, les habitudes de vie et les technologies qui y sont associées maintiennent les sociétés modernes en état d’ébriété énergétique permanent. Or la crise climatique et écologique suppose de mener une transition profonde de notre système énergétique carboné, non renouvelable et dispendieux vers un nouveau modèle fondé sur la sobriété, la satiété et des ressources renouvelables.

Ce changement implique d’interroger nos besoins et nos usages énergétiques afin de faire face aux défis de la raréfaction et de la fluctuation des prix des ressources fossiles, de la sortie progressive du nucléaire et des inégalités économiques et sociales. Cela nécessite donc de repenser la façon dont nous utilisons l’énergie dans une grande partie des activités humaines : industrie, bâtiments, transports, agriculture, etc.

La transition énergétique vers un modèle de société soutenable doit être une démarche collective et démocratique qui associe les pouvoirs publics, les entreprises et les citoyens dans des mutations sociales, économiques et culturelles déterminantes pour l’avenir de notre planète.

Dossier Bibliographique SOBRIÉTÉS

sortie octobre 2023

Ce travail documentaire, réalisé par le Centre Ressource du Développement Durable (Cerdd) en partenariat avec le centre de documentation de la Maison Régionale de l’Environnement et des Solidarités (MRES), dresse un tableau transversal de la sobriété.